Tchad : Babu, une solution pour réduire le manque cruel de manuels scolaires

C’est quoi Babu ?

En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle.

C’est à l’hommage d’Amadou Hampâté Ba, que nous avons nommé notre innovation « Babu », en swahili, qui veut dire grand-père en français.

C’est une bibliothèque numérique « open source », qui tourne sous Ubuntu serveur. Il contient le contenu offline de Wikipédia, Wiktionnaire et Wiki books. En plus des trois, il est doté d’un serveur de contenu calibre, pour les livres numériques.

Il est équipé d’une carte réseau qui crée un WLAN (réseau local sans fil), qui couvre 100 mètres de rayon à l’air libre. Et une application mobile qui lui sert de navigateur.

À quel besoin répond-il ?

Selon le rapport de l’UNESCO, et du plan intérimaire de l’éducation au Tchad, seuls 4,4% des élèves au niveau national disposent de leur propre manuel en lecture et 3,6% en mathématiques. Cependant, environ 60% de jeunes ont accès aux smartphones. Cela nous donne 95% de chance de résoudre ce problème en utilisant le numérique, plutôt qu’une autre alternative.

C’est dans cette optique que nous avons lancé le projet Babu. Afin d’équiper tous nos lycées de serveur Babu, pour permettre aux élèves d’avoir accès aux livres numériques, qu’ils peuvent télécharger, ou consulter sur place.

Aspect innovateur

Au-delà des contenus, que les utilisateurs peuvent consulter, Babu possède un journal en ligne pour le lycée. Les élèves peuvent publier des articles, lire et commenter. Il est aussi doté, d’un forum de discussion où les élèves peuvent discuter sur différents sujets.

Aspect économique

Déjà en phase pilote, et les géants nous demandent à combien on peut vendre Babu ? C’est impossible, car c’est comme si nous voulions vendre Wikipédia qui est une chose qui ne nous appartient pas.

Tout d’abord, Babu tourne sous le système d’exploitation Ubuntu serveur, qui est un logiciel libre et gratuit. Ensuite pour les contenus Wiki, il utilise le serveur kiwix, qui est aussi un logiciel libre et gratuit. Pour les livres numériques, il utilise le serveur de contenu Calibre, qui est aussi libre et gratuit. Donc tout est complètement open source.

Ce qui intéresse tout le monde c’est comment gagner de l’argent avec cette innovation ? C’est simple. Nous sommes des maçons, des plombiers, des électriciens… On construit vos maisons, vous nous payez. Vous avez un souci, on vous dépanne et vous nous payez.

C’est la même chose avec Babu. Nous sommes des consultants. Vous achetez vos matériels, on s’occupe de la construction et vous nous payez la main d’oeuvre. Vous avez un souci de maintenance, on vous dépanne moyennant quelque chose.

Aspect éducatif et culturel

La culture numérique est à la mode, et personne ne peut résister à celle-ci. En octobre 2018, la Banque mondiale a lancé un concours du meilleur blogueur. Le challenge était, d’écrire en 500 mots maximum, « quelles solutions pour transmettre de meilleures compétences aux jeunes Africains afin de les aider à se préparer à l’économie numérique et aux emplois de demain ? ».

Au départ, j’ai un peu hésité, mais finalement j’ai participé, car je n’ai rien à perdre. J’ai écrit un article, en expliquant un peu le concept de Babu, et l’impact qu’il pourrait avoir sur le développement de la culture numérique au Tchad.

Environ 3/5 des jeunes en ville ont accès aux smartphones. Les 2/5 ne sont pas si pauvres pour avoir accès à celui-ci, mais ils ne trouvent pas l’utilité absolue, s’ils n’ont pas des moyens pour payer de l’internet. Alors, avec le concept de Babu, on essaie d’inciter le reste à utiliser un smartphone, puisqu’ils n’auront pas besoin d’internet pour Babu.

Si aujourd’hui, nous avons des lycéens webmasters, blogueurs, Community manager… alors imaginez ce qu’ils peuvent accomplir dans l’avenir.

6 réflexions au sujet de « Tchad : Babu, une solution pour réduire le manque cruel de manuels scolaires »

  1. Bravo pour votre esprit d’entreprise.
    Juste un tout petit détail. Vous écrivez juste ici au-dessus dans un bandeau noir : Tchad : le manque cruel de manuels scolaires. C’est correct, contrairement à ce qui est écrit dans le titre de votre article. On ne dit pas « manque cruel deS manuels scolaires ».
    Bonne chance à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *